Non mais, c’est quoi ce titre complètement absurde ! Comment comparer l’incomparable !

Et pourtant, c’est ce sentiment qui nous est directement venu à l’Esprit en sortant de la nouveauté du Grand Parc du Puy du Fou , le Mystère de la Pérouse !

Hé oui, une fois encore le Parc à thème vendéen frappe fort avec mesure, audace et talent.

A une époque ou il semble falloir matraquer pour « paraitre », à grands coups de Superhéros où de Supervilains, où les Blockbusters rivalisent de débauches d’effets spéciaux pour impressionner le spectateur, où des superpuissances sont capables de manipuler l’énergie cosmique à leur guise, Le Grand Parc, lui, aborde son nouveau spectacle sur la base … d’une assiette !

PAF ! Décor planté. La claque visuelle du XXIème siècle, une assiette !

Bon, pourquoi pas, ok, mais l’assiette, elle a forcément un pouvoir non ? Elle se remplit à souhait de ce que l’on veut ? C’est une assiette volante ? Elle est capable d’engloutir des systèmes solaires ?

Non, rien de tout ça en fait … ou bien mieux que ça, cette assiette, elle est porteuse d’une Histoire, et quand le Grand Parc met le doigt dessus, ça fait mouche moussaillon !

Le contexte :

Le voyage de La Pérouse, expédition scientifique commandée en 1785 par le Roi Louis XVI, fût conduite par M. Jean-François de La Pérouse. 

À la tête de deux frégates, « La Boussole » et « L’Astrolabe », La Pérouse a pour ordre de mission d’explorer tous les océans pour revenir en France avec des découvertes du bout du monde. 

Ce voyage prend ses racines en Vendée, ici-même, du côté du village du Boupère puisque Jean-François de La Pérouse choisit alors un second pour commander « L’Astrolabe », le deuxième vaisseau de l’expédition, un des marins les plus aguerris de son temps : le lieutenant de vaisseau Augustin de Monti.

Malheureusement, l’issu de ce voyage sera fatal pour ces deux navires et leurs équipages…

Bon, ok, pas de SuperHéros ni de Supervilains, mais tout de même, de SuperMarins ayant parcouru les Océans avec à leur bord …une assiette !

Alors non, pas de photos du spectacle, c’est interdit ! Bien sûr, le web va sûrement en regorger d’ici peu mais nous, en Zone85, on respecte, et les créateurs et les spectateurs, on préfère et de loin, laisser place à votre imagination et à la découverte !

Embarquez depuis le Bocage vendéen pour rallier Brest, puis naviguez du Cap Horn à l’Alaska jusqu’à Vanikoro.

Comme à son habitude le Grand Parc nous transporte dans un univers étonnant et détonnant, au creux de cette assiette qui deviendra finalement magique par le récit qui en émane ! 

Une machinerie et une technologie de pointe sont aux services du spectacle mais comme à son habitude, tout est fait pour que l’on ne s’en aperçoive pas. Tous les ingrédients sont réunis pour vivre une aventure bouleversante et vous permettre d’assister à un spectacle unique !

L’intensité monte en puissance au fil des flots, l’humidité aussi ! 

N’allez pas trop vite dans le déroulé de ce mystérieux voyage, non, n’allez pas trop vite. Prenez le temps de vous arrêter, de regarder, d’observer, de scruter. Tout est dans le détail et très honnêtement, chaque plateau est riche d’une multitude d’objets du quotidien de ces marins. On y passerait des heures !

N’allez pas trop vite non, prenez le temps d’écouter aussi… le récit, le jeu des acteurs, la musique et les sons qui rythment cette épopée fantastique.

N’allez pas trop vite non, prenez le temps de sentir et ressentir toutes ces odeurs et ces sensations qui enveloppaient l’univers de ces bâteaux… Le cuir, le bois, le chaud, le froid et les lumières de bougies vacillantes finissent de vous embarquer au plus profond des cales de la « Boussole ».

L’Histoire se prolonge pour s’achever sur une fin tragique. Il est désormais temps de sortir de cet univers en remettant le couvert… la simplicité d’une assiette.

Une assiette, une simple assiette … cette même assiette qui désigne l’axe d’un navire devait être bien trop importante le jour où ces deux navires s’évanouirent au fond des eaux.

Une assiette, une simple assiette comme base de spectacle. Une fois de plus, promesse tenue par le Grand Parc. Nous émouvoir et nous transporter le temps d’un spectacle, dans l’une des plus fascinantes expéditions de l’Histoire de France.

« Il faut que la peinture serve à autre chose qu’à la peinture » disait René Magritte.

Au final, cette fameuse assiette a servit à bien plus que recevoir une simple soupe… elle nous transmet son Histoire.

Merci.