Samedi 06 octobre 2018, 18h30, le binôme se retrouve sur une place de Chambretaud, afin de rejoindre ensemble, le parking du Puy du Fou et entrer dans cette première édition de la Foulée des Géants.

Le binôme ? Une belle équipe de bras cassés :

  • Mickael, 45 ans, vendéen de souche, une rotule qui n’en est plus une et un repas de précourse digne des plus grands champions : Raclette/rosé…
  • Benjamin, 30 ans, préparation de course datant de plus de 6 mois avec cependant la volonté d’abattre l’ancien, le fourbe ! Repas de précourse tout aussi majestueux et arrosé…

À ce stade, vous l’aurez compris, le but n’est pas de faire un temps…mais d’arriver à temps ! En effet, passé 1h45 les retardataires sont gentiment ramassés…la légende dit même qu’ils seraient jetés aux lionnes du Signe du triomphe ! Info ou Intox…on n’a pas trop envie de le savoir !

Le temps est venteux, pluvieux, bien dégueux quoi, normal, après quatre mois de soleil qu’il pleuve ce soir-là !

Bardés de courage nous sortons du véhicule pour récupérer nos dossards au guichet de la cinéscénie. Organisation au top, personnel qui force le respect avec des sourires et des encouragements qui font du bien…

On retourne au véhicule le temps de laisser tomber quelques millimètres de pluie…la buée envahit la voiture, une seule hantise à ce moment-là : pourvu que les gens qui passent ne pensent pas que l’on est en train de faire des cochonneries !

Zone85 au coeur de la foulée des Géants

20h…on se jette un dernier regard et on se lance un « Force & Honneur » comme avant chaque bataille.

On sort de la voiture, on s’équipe de la frontale, on donne un sac-poubelle à la voisine, transit de froid et apeurée par la probabilité d’une pluie.

On bombe le torse et on allonge la foulée jusqu’à l’entrée. Cette fois, on y est !

Nous rejoignons les Orgues de feu qui nous feront patienter alors jusqu’à 21h. La tension monte, les jambes se raidissent. La pluie s’est arrêtée, tout comme le temps d’ailleurs, nous rentrons dans notre personnage, vaincre ou mourir. Si à la remise du dossard on vous donne un joli petit sac et un tee-shirt du Puy du Fou, la médaille, elle, il faudra bien aller la chercher en fin de course…pas Fou le Puy !

La foulée des Géants au puy du Fou

Nous accédons enfin au départ situé devant les arênes du Signe du Triomphe. La foule est là et l’ambiance vitaminée. Les arènes sont majestueuses, illuminées par un éclairage bien choisie et des coupoles enflammées, on se sent fort, on se sent vivant, on se sent puissant ( ou pas ! ).

Devant la foule, des Romains et républicains prennent place, un peu trop de monde devant nous pour bien apprécier le spectacle, des coups de feu résonnent, on commence à trottiner, surexcités, les gardes romains en armes nous ouvrent le passage, le ton est donné…ils vont vraiment mettre les retardataires aux lions !!!

La foule s’étire sur une belle longueur et les frontales s’agitent telles des lucioles. De partout on savoure les endroits inexplorés du Grand Parc, ses descentes et ses montées aussi…à ce stade la patate se balade sévère dans l’estomac et le binôme se demande à quelle sauce il sera mangé…courage, plus que 10500 mètres…

Jeu de lumière Foulée des Géants
course nocturne Foulée des Géants

Nous arpentons des allées, un feu d’artifice nous surprend dans notre respiration et les carillons du vieux Bourg nous redonnent du courage. Traversée des camps romains, des habitats de Clovis, à chaque virage quelqu’un est là pour nous dire «  Allez courage, c’est bientôt fini ». Notre duo ferait-il si peur que ça à voir pour dire que l’on est bientôt fini !!!!

Notre course va ainsi se dérouler avec brio, même si la montée située derrière les gradins de la cinéscénie, juste avant le ravitaillement, va nous affûter les cuissots et finir d’anéantir le reste de patate fromage dans le ventre ! Une orange, du raisin sec et on enchaine.

Plus loin, une danse s’impose à nous dans un clair obscur de toute beautée. Plus loin encore, nous tombons dans une zone pétaradante une embuscade est entrain d’avoir lieu entre bocains et républicains. Une course vraiment pas comme les autres  l’on passe son temps à regarder, courir et tenter de maitriser son smartphone pour caler ici où là une photo, un DirectLive Facebook

Course nocturne vendéenne

Pas le temps de souffler, ou plutôt si, les kilomètres s’enchainent toujours et les spectacles aussi. Les Chevaliers de la table ronde nous saluent devant le Fort, les Vikings nous évitent de peu dans les allées, occupés à se battre entre eux. Cette course tient tous ses engagements.

On nous annonce 800 mètres de l’arrivée, mon coéquipier a la jambe folle et me propose de forcer l’allure…ah ces parisiens et cette envie de toujours aller vite. Mon genou me rappelle à l’ordre et me dit de ne pas trop pousser mémé dans les orties. Les yeux pleins de larmes, je le regarde, confiant, mon poulain est désormais prêt pour le passage du témoin: «  Vole, vole Grilpoil et fais-toi un nom dans le monde de la course ».

J’en profite pour faire un dernier LiveDirect devant les Chevaliers du Secret de la Lance qui nous escortent le long des Remparts. Tous me feront un salut ou un geste d’arme…plus qu’une course, une épopée nocturne….

 

Arrivée Foulée des Géants en Vendée

L’arrivée est ici, la délivrance aussi, courir de nuit est malgré tout usant. j’y retrouve mon binôme et nous approchons pour recevoir notre médaille. On s’incline, fier d’en avoir fini, la médaille nous est alors passée autour du cou. Pour certain une simple médaille…pour les participants, LA médaille de la Foulée des Géants.

Zone85 dédie cette médaille à tous les Vendéens Extraordinaires !

Retrouvez les Vidéos Live sur notre Page Facebook : https://www.facebook.com/Zone85Vendee/

Médaille du Puy du Fou