Abbaye des Fontenelles à la Roche sur Yon

la légende CONTINUE, AVEC VOUS…

Aléïde allait donc passer le reste de sa vie au sein du Château de Talmont. Une période riche de rencontres puisqu’elle allait croiser le chemin de bien des personnalités. Pour certains les voir naître, d’autres les voir grandir et parfois, mourir…

C’est ainsi qu’Aléïde fera la connaissance, entre autre, de Savary de Mauléon, conquérant opportuniste, chevalier courtois et fondateur des Sables d’Olonne et notamment de la Chaume. Elle assistera aussi Richard à son départ pour la IIIème croisade, des aurevoirs émouvants dans cette baie de Cayola…
Rencontre aussi forte en émotions avec Aliénor d’Aquitaine, mère de Richard coeur de Lion, venue en talmondais maintes fois en l’absence de son fils.

Rencontre avec des chevaliers de l’Ordre du Temple, qui, selon la légende, pourraient s’être inspirés de l’écriture des gardiens pour en affiner la leur…. En effet, toujours selon cette même légende, suite à l’arrestation en masse des templiers, certains fuirent via le port de la Rochelle. Direction l’Angleterre pour les uns, le Portugal pour les autres. Mais il semblerait qu’une poignée ait débarqué en Amérique, cent ans avant Christophe Colomb. Une pierre fût en effet découverte en ces lieux avec une écriture bien étrange gravée sur celle-ci,…une écriture similaire à celle des Gardiens d’Yvi, mélange d’écrits runiques agrémentés de points… Hasard ? Découverte des Amériques par de futurs vendéens en provenance de la commanderie de Coudrie à Challans ? Affabulation des Maitres des Clans ? Nous vous en laissons juge en découvrant l’Histoire de la pierre runique de Kensington…

Mais il est une rencontre qu’Aléïde n’oubliera jamais, Dame Béatrice de Machecoul, de la Roche sur Yon et de Luçon. Cette grande dame fût l’épouse du seigneur de Talmont, Guillaume de Mauléon. Une dame influente et respectée. Amoureuse des arts et protectrice des humbles, elle n’hésitait pas à combattre les injustices de son temps. Des valeurs qu’Aléïde affectionnait… Mais le temps est passé et le Moyen-âge voit parfois de redoutables légendes émerger des enfers. Il n’est en effet pas rare à l’époque de colporter des rumeurs pour s’approprier les biens d’autrui… c’est ainsi que naît la Légende de l’Ogresse de Talmont, laissez-nous vous la conter.

Béatrice après maintes tentatives eût un enfant qui fût hélas emporté par la mort très tôt. Rongée par la tristesse et la colère, elle ne supportait pas de voir les autres mères chérir leurs enfants…une douleur qui, selon la légende, allait la transformer en monstre.

Ainsi, elle ordonna à son majordome qu’il lui livre tous les jours un coeur d’enfant à manger.

Et puis, un jour, plus un cœur pour assoiffer son appétit, seul l’enfant de son serviteur était encore vivant…Impossible bien sûr pour lui de s’y résoudre, il rusa en lui préparant le coeur d’un chien.
Mais Dame Béatrice ne fût pas dupe et se rendit compte de cette supercherie… Son majordome lui supplia d’épargner son fils avec tellement d’amour qu’elle fût prise de remords.
Afin de racheter son âme, elle fera construire un édifice religieux afin de s’y retirer et y faire pénitence. Ce monument existe encore de nos jours et le gisant de Dame Béatrice y repose toujours, un lévrier à ses pieds. Pour certains ce chien est l’animal dont le coeur fût donné à l’ogresse par le majordome, pour d’autres, le chien est le symbole de la fidélité au temps du moyen âge…