Souterrain de Talmond

la légende CONTINUE, AVEC VOUS…

La petite garnison, au retour de la chasse, pénétra dans le château de Talmont… Quelques gibiers bien préparés agrémenteraient ainsi les repas à venir ! Une partie de chasse comme les aimait Richard Coeur de Lion au sein du Talmondais et du pays Yonnais. Pour Aléïde, habituée à la simplicité d’une cahute, se retrouver au coeur de cette fortification immense et majestueuse, qui plus est sous la protection de son nouveau propriétaire lui donna espoir. Ici, elle pourrait, c’est sûr, protéger le bracelet d’Yvi.

La mer venait lécher les flancs du château transportant avec elle un doux parfum d’air iodé , laissant flotter une impression de sérénité et de quiétude sur ce bâtiment à vocation pourtant défensive et militaire.

Une complicité de père à fille s’installa presque immédiatement entre nos deux compères. Lui, futur Roi chevalier d’Angleterre et elle simple paysanne à forte tête. Une petite furie, espiègle, déterminée et intelligente…La Rebelle du Poitou, tel est le joli sobriquet qu’il aimait lui donner. Cette Rebelle du Poitou qui lui rappelait tellement sa mère par sa beauté, son courage et sa présence. Sa mère retenue alors en captivité, sa mère, deux fois Reines, de France et d’Angleterre, sa mère, rebelle du Moyen Âge, Aliénor d’Aquitaine.

Aléïde allait découvrir ainsi au coeur du château un univers tellement loin du sien, la poésie, l’écriture, la chevalerie qui, sur un socle commun à ses valeurs défendues, lui rappelle au quotidien son devoir de gardienne, transmettre l’Esprit d’Yvi et protéger son bracelet. Elle ne possédait rien mais voulait malgré tout témoigner sa reconnaissance à Richard, un cadeau simple bien au delà de toutes valeurs matérielles.

Plus enclin à chevaucher à la garçonne qu’à porter de jolies robes de princesse, Aléïde proposa un nouveau parcours de chasse au futur roi… Elle avait à coeur de lui montrer son paradis terrestre, un lieu entre terre et mer qui lui ressemblait, un lieu qui avait comme elle, son caractère, aussi calme que tempétueuse mais toujours bien enracinée près des siens : La baie de Cayola.

Richard le Poitevin, futur roi d’Angleterre, tomba immédiatement sous le charme de l’endroit et ordonna qu’en ce lieu on fit construire un relais de chasse. Il ordonna de la même façon que l’on répare un vieux ponton délabré présent sur cette baie. Un ponton construit à l’époque des invasions vikings. En s’approchant des restes de celui-ci,  Aléïde reconnu des noms grossièrement sculptés sur le bois, témoignage des hommes du Nord avant de partir en razzia à l’intérieur des terres. Cette écriture ne lui était d’ailleurs pas étrangère car très proche de l’écriture secrète des gardiens d’Yvi. Parmi ces noms, un en particulier retenu son attention, pour une raison fort simple, c’était le seul prénom féminin :  Hedda.

“Cet endroit marquera à jamais notre rencontre petite Aléïde et j’aurais ainsi toujours plaisir à accoster sur ces terres. D’un titre de chevalier tu n’as pas besoin, tu as déjà une voie de coeur toute tracée…”